Deuil

Le travail de Martine Cecchetto se place aux frontières de la catharsis, véritable exorcisme de la camarde et de l'asphyxie de l'être aimé. Ce vecteur cognitif est l'autoportrait, miroir implacable inhérent à toutes les Vanitas. C'est un voyage aux portes des lymbes ou l'angoisse et le désepespoir s'étreignent en une ultime secousse. Le masque d'argile occulte les sentiments, son impassibilité traduit la pudeur et trahit le déni qui suit la perte brutale et constitue la première phase du deuil. Mais paradoxalement la matière rigide va se craqueler et l'inconscient va se répandre et s'échapper de chaque intersiste dilatés par la pression de l'âme et de la douleur sur le carcan étroit et fédérateur du surmoi. Cette deuxième phase du deuil c'est la colère qui détruira le modelé lisse du masque et creusera tous les sillons. Paradoxale exhibition qui prend la place de la structure atonale. Un peu comme la peau d'écailles irisées du serpent qui vient de muer... La troisième phase est l'effondrement, le gouffre insondable qui submerge, le poids du thanatos. Le corps est emmuré vivant dans un cercueil de verre conscient de son impuissance à s'élever, à tourner la page. Enfin la quatrième phase est la renaissance, accouchement éblouissant après un état chrysalitique indispensable. Ce voyage intime et percutant retrace son deuil et ses résonances psychanalytiques. Mais cette expérience personnelle a vocation universelle et résonne dans chaque être, elle reflète notre condition mortelle, que l'on nie car elle nous est insupportable mais qui l'espace d'une vanitas nous revient en mémoire...

 

Caroline Frébutte

© 2018 - Wy Graphic

 Créé avec Wix.com